dimanche, avril 26, 2009

Retour de la flotte de recherche d'Antarctique - premiers résultats

Le vaisseau mère de la flotte japonaise de recherche sur les cétacés, le Nisshinmaru est arrivé au port de Shimonoseki le 14 avril dernier, après environ 5 mois passés en mer. Il avait été précédé la veille par un autre navire, le Yûshin-maru No.3 qui a subit des dégâts suite aux actions dangereuse de l'ONG anti-baleinière Sea Shepherd. A cette occasion, l'Institut japonais de recherche sur les cétacés a rendu publics les premiers résultats de l'expédition de cette année. Tout comme l'année dernière, je vous propose d'en faire le tour rapidement.

Tout d'abord, la flotte a pu capturer 679 rorquals de Minke antarctique (balaenoptera bonaerensis) et 1 rorqual commun (balaenoptera physalus). Le quota initialement prévu était de 850 rorquals de Minke (+/-10%) et 50 rorquals communs. La différence est principalement due aux exactions de Sea Shepherd dont les activistes ont réussi à gêner les opérations de recherche pendant 16 jours. Le président de l'ONG, Paul Watson s'est dit satisfait de cette réduction du nombre de baleines capturées, mais il faut néanmoins souligner que 680 baleines, c'est plus que l'année dernière (551 rorquals de Minke). Soulignons que le programme JARPA2 comprend à la fois une approche létale et une approche non-létale de l'étude des cétacés.
La zone de recherche de cette année n'est pas la même que l'année dernière.

Fig.1 Zone de recherche JARPA2 2008/2009

- Cette année, 1974 groupes, soient 4884 individus de l'espèce rorqual de Minke antarctique ont été observés dans l'ensemble zone de recherche. Les trois vaisseaux d'observation et d'échantillonage ont capturé 679 rorquals de Minke antarctique, dont 375 mâles et 304 femelles. 96% des femelles matures étaient enceintes, représentant un taux similaires à ceux des autres années. L'expédition de cette année a permis d'élucider un peu plus la répartition des deux populations de rorquals de Minke antarctiques présentes dans cette zone.

Fig.2 Répartition des observations de rorquals de Minke antarctiques ()

- Les observations de rorquals de Minke antarctiques dans la mer de Ross semblent démontrer une répartition des animaux de cette espèce en fonction du sexe et de la maturité. En outre, aucune trace de lait maternel n'a été découvert dans les estomacs des 186 rorquals de Minke immatures capturés (mesurant de 5,0 à 8,6 mètres), et aucune femelle alaitante accompagnée d'un petit n'a été observée dans la zone de recherche. Cela semble indiquer que les femelles alaitantes ne migreraient pas jusque dans cette zone.

Fig.3 Répartition des observations de rorquals de Minke antarctiques par sexe et maturité Femelles matures (o), immatures (x) ; Mâles matures (o), immatures (x)

- Les rorquals communs (122 groupes, soient 491 individus) et les baleines à bosse (418 groupes, soient 735 individus) étaient particulièrement nombreux dans le nord de la zone de recherche, avec des densités quasiment similaires à celle des rorquals de Minke antarctique. Un rorqual commun immature de 14,8 mètres pour 22,3 tonnes a été capturé. Ses estomacs contenaient quelques 300 kilos de krill. L'un des objectifs de JARPA2 est d'élucider les interactions entre les rorquals communs et de Minke ainsi que les baleines à bosse au niveau de leur alimentation.

- 15 groupes, soient 30 individus de baleine bleue ont été observés, principalement dans la mer de Ross.

Fig.4 Répartition des observations de baleines bleues (), rorquals communs (), baleines franches australes () et des baleines à bosse ()

- Des observations d'odontocètes (cétacés à dents) et d'autres animaux tels que des léopards de mer ou des manchots d'Adélie ont également été faites.

Tout comme l'année dernière, l'ICR a également fait un rapport sur les attaques dont les navires de la flotte de recherche ont fait l'objet. Je ne vais pas le traduire, mais il reprend en détail ce dont j'ai déjà fait part au mois de février, notamment la collision provoquée par le Steve Irwin contre le Yûshin-maru No.3.

(Source figures : ICR)

6 commentaires:

mohsen a dit…

barbarie que vous appelez "chasse scientifique"? Les japonais sont-ils aussi bête pour avoir besoin d'ouvrir le ventre d'une baleine quand on sait qu'une fléchette avec 10 grammes de lards peuvent vous fournir toutes les informations nécessaires?

Votre pays est la risée du monde scientifique, et chaque année, des millions de personnes voient la vraie face du japon: Un pays pour qui toute espèce menacée de disparition a une vertu miraculeuse!

Si vos ébats sexuels ne donnent rien, laissez en paix les animaux, au lieux d'inventer des conneries d'effet "aphrodisiaques"!

Bien amicalement, François.

Emmanuelle a dit…

La chasse à la baleine, c'est vrai que c'est monstrueux et je souhaite plus que tout que les Japonais et autres nations qui chassent la baleine s'arrêtent très vite mais je t'interdit de dire que les Japonais aiment tous sans exception cette pratique; j'te signale que l'écologie au Japon aussi ça existe! Les garçons "sont-ils aussi bêtes" pour insulter toute une population quand il est excédé par seulement quelques-uns d'entre eux (les baleiniers j'entend)?
Là, par exemple, je te trouve complètement irréfléchi mais ça veut pas dire que je trouve tous les garçons irréfléchis!
Mais ça veut surtout dire que tous les Japonais ne sont pas TOUS pro-chasse à la baleine!

Emmanuelle a dit…

Et c'est pas parce que les Japonais font encore la chasse à la baleine que c'est parce qu'ils veulent faire disparaître l'espèce! Réfléchis un peu (si tu as les capacités cérébrales requises)! Si leur but est de faire disparaître l'espèce, comment les baleiniers feront pour travailler s'il n'y a plus de baleines?
En fait, il faudrait qu'ils commencent par vraiment, mais vraiment modérer la pêche à la baleine et puis s'arrêter complètement.
Mais seulement et malheureusement, c'est pas si simple de faire interdir quelque chose!

Emmanuelle a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Emmanuelle a dit…

Comme n'importe quel pays, le Japon a sa culture et ses lois,
Comme n'importe quel pays, le Japon a, oui, des problèmes dans sa législation (ici la chasse à la baleine),
Comme dans n'importe quel pays, le Japon a des gens cruels et corrompus.
C'est pas pour autant que les Japonais le sont TOUS!
C'est pas pour autant que c'est uniquement un pays qui pêche la baleine!
Y'a bien d'autres choses dans la vie des Japonais que la chasse à la baleine!
Et pour qui tu te prend pour parler des Japonais de cette façon sans même les connaître?
Si tu savais à quel point je déteste les extrêmistes dans ton genre qui hurlent bêtement à l'injustice sans savoir de quoi ils parlent et sans réfléchir 2 secondes, et qui généralisent tout!

isanatori a dit…

Salut,

Emmanuelle, je pense que tes commentaires etaient adresses a Mohsen/Francois.

Sache seulement que le Japon ne souhaite nullement pratiquer la chasse a la baleine de facon immoderee. Bien au contraire.

Leurs quotas de chasse scientifique ne mettent aucunement les populations des especes ciblees en danger de disparition.

L'objectif de leurs programmes de recherche est de fournir des donnees sur les populations de cetaces les plus saines pour permettre une chasse commerciale durable a l'avenir.

Je t'invite a lire ce blog et a te faire une idee de ce sujet par toi-meme.